- La gazette de l'Atelier

Article de presse : ouverture de l’atelier !

//

Bruno Ronzier ouvre les portes de son atelier de poteries – La Chapelle-de-Brain

mercredi 19 mai 2010


Bruno Ronzier ouvre son atelier de potier dans le bourg.  Exposition-vente et stages sur place.</P>
Entretien
Bruno Ronzier
, potier à l’emplacement de l’ancienne boulangerie du bourg.

Comment devient-on potier à 43 ans ?

J’enseignais le violon au Groupement culturel breton depuis une douzaine d’années. Un jour, j’ai eu des doutes quant à ma vie professionnelle. J’avais envie d’avoir une production artistique plus matérielle que la musique même si elle m’apporte beaucoup. J’ai toujours aimé travailler la terre et suite à un bilan de compétence, j’ai suivi une formation de potier au village de La Borne dans le Cher auprès d’Agnès Chapelet.

Comment vous est venu cet attrait pour la terre ?

Enfant, j’ai été fasciné par ce matériau. J’ai découvert qu’en passant la terre du jardin de mes parents au feu, elle devenait rouge comme une brique. À la fois utile, belle et facilement à ma portée. Plus tard à une foire de luthier, j’ai rencontré un facteur d’ocarinas qui proposait un plan pour en fabriquer. J’en ai fait un puis dix, puis cent… J’ai commencé à en fabriquer pour en vendre sur les marchés. Mais ce n’était pas suffisant à l’époque pour en vivre. Je n’y ai pas cru et j’ai laissé tomber.

Qu’est-ce qui fait que vous y croyez aujourd’hui ?

Après avoir tourné autour du pot pendant longtemps, aujourd’hui je m’y mets à fond. J’ai construit un vrai projet qui s’appuie sur ce que j’ai appris en formation, tournage et émaillage, pour avoir une production étendue et diversifiée : vaisselle, sculpture, carreaux… Tout ça avec une utilisation optimale des matériaux du pays (terre et cendres) et une empreinte écologique minimale (cuisson au bois à basse température). Je suis sur le marché de Redon les samedis matin, j’expose dans l’atelier, sur internet et je propose aussi des stages à thème.

Vous gardez donc votre métier d’enseignant ?

Eh bien, transmettre son savoir pour que chacun puisse exprimer son potentiel d’artiste reste l’un de mes objectifs. Aussi bien pour la musique que pour la terre. Je reprends à la rentrée les cours de violon et j’ai déjà un programme de stage autour de la terre : fabrication d’ocarina, fabriquer sa terre et ses engobes, cuire au bois, faire sa vaisselle pour Noël… J’animerai cet été des ateliers pour les enfants.

Contact, 02 99 70 25 01. Portes ouvertes ce week-end.

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s